31 décembre 2011 – Le Luxembourg reverra ses aides aux demandeurs d’asile à la baisse. En alignant ses aides sur le niveau de ses pays voisins et notamment de la Belgique, le gouvernement luxembourgeois entend faire face à une augmentation sensible du nombre des demandes d’asile, qui est essentiellement le fait d’une forte affluence de demandeurs d’asile originaires des pays des Balkans.

Dans une interview avec RTL, le ministre de l’immigration Nicolas Schmit a motivé cette décision par le prétendu détournement du système d’asile par des personnes dont le but serait essentiellement d’améliorer leur situation sociale. Il s’est appuyé sur un reportage d’RTL, diffusé la veille, qui décrivait les conditions de vie précaires dans les quartiers roms en Serbie. Il a également renouvelé sa thèse concernant l’existence de certains « circuits organisés », qui seraient à l’origine de l’arrivée des demandeurs d’asile au Luxembourg.

Pour enrayer ce phénomène, le gouvernement luxembourgeois entend entamer une coopération avec les pays d’origine des demandeurs d’asile et notamment la Serbie. Un groupe de travail conjoint avec les autorités serbes aura pour objet de se pencher sur la situation des minorités ethniques. Selon le ministre, les problèmes de Roms devraient être résolus sur place.

Lors d’une récente visite de travail au Luxembourg, le ministre des affaires étrangères serbe, Vuk Jeremić a promis d’entreprendre « tous les efforts possibles pour remédier à la situation actuelle », apprend-t-on sur le site du gouvernement. Déjà au mois de mai, le ministre des affaires intérieures serbe, Ivica Dačić, avait annoncé le renforcement du contrôles des frontières, visant à retenir les demandeurs d’asile potentiels en Serbie. Il avait également indiqué que son gouvernement examinait la possibilité de retirer temporairement des passeports des demandeurs d’asile afin de les empêcher de renouveler leur demande dans un autre pays.

En réduisant ses aides, le gouvernement luxembourgeois entend agir sur les facteurs qui sont censés attirer les demandeurs d’asile vers le Luxembourg. Nicolas Schmit s’est cependant empressé d’ajouter que cette mesure, qui devra être concrétisée dans un règlement grand-ducal, ne touchera pas seulement les Roms, mais l’ensemble des demandeurs d’asile.

En 2011[1], 1986 demandes d’asile ont été déposées, dont plus de trois quarts par des ressortissants serbes, macédoniens, kosovars et des bosniens. Sur les 1225 demandes d’asile traitées, 621 ont reçu une réponse négative. 308 personnes ont soit retiré leur demande ou abandonné en cours de procédure. En date du 1er décembre, 413 personnes avaient été rapatriées, dont 378 vers les pays des Balkans.

Les conditions d’hébergement des demandeurs d’asile des Balkans, dans des conteneurs désaffectés ou sous des tentes, ont suscité de vives réactions de la part de la société civile et des médias.

L’association Chachipe a régulièrement dénoncé les propos du ministre de l’immigration relatifs aux demandeurs d’asile des Balkans qui sont majoritairement issus de la communauté rom. Au mois d’octobre, le ministre avait justifié la fermeture temporaire du service en charge de l’accueil des demandeurs d’asile en fustigeant le « tourisme de l’asile ».

Suite à ses propos devant la commission des affaires étrangères de la Chambre des Députés, affirmant que les demandeurs d’asile des Balkans étaient exploités par des réseaux criminels, l’association a adressé une lettre ouverte au ministre. Elle s’est notamment appuyé sur les rapports de la Commission européenne et de l’agence européenne de contrôle des frontières Frontex et d’autres sources pour démontrer que la thèse d’un « traffic organisé » est dépourvue de sens.

L’association a profité de l’occasion pour rappeler qu’elle avait sollicité l’intervention du gouvernement luxembourgeois pour débloquer la situation des réfugiés roms du Kosovo en Macédoine qui depuis le mois de mars sont sans aucune aide. A ce jour, le ministre n’a pas répondu.

Chachipe a.s.b.l.

N.B. : Un projet de règlement grand-ducal fixant les conditions et les modalités d’octroi d’une aide sociale aux demandeurs de protection internationale a été adopté le 6 janvier 2011. (pour plus d’informations voir le compte-rendu de la réunion du Conseil de gouvernement)

Réponse de M. Nicolas Schmit, Ministre de l’Immigration, 3 janvier 2012 


[1] Chiffres au 30 novembre 2011, voir : Ministère des Affaires étrangères : Service des réfugiés : Statistiques concernant les demandes de protection internationale au Grand-Duché de Luxembourg jusqu’au mois de novembre 2011, Luxembourg, 13 décembre 2011

Advertisements