La famille Bislimi est arrivée en France en 2006. Après trois déménagements dus à la précarité de leur situation et plusieurs demandes de régularisation (suite au rejet des demandes d’asile), Kenan, Mirusche et leurs quatre enfants Mirem, Skender, Avni et Haldimir sont arrivés sur le groupe scolaire Gaspard Monge le 4 septembre 2008. Les enfants ont besoin d’une stabilité pour continuer à progresser dans leurs apprentissages, ce qui est incompatible avec la menace permanente d’une expulsion vers le Kosovo qui pèse sur leur vie quotidienne.

Les Roms, après y avoir subi des persécutions de la part des Serbes et des Albanais, n’y ont aucun droit et aucune perspective d’avenir et cela d’autant plus avec la récente indépendance du Kosovo. D’autre part, nous avons appris que la mère de Kenan (Mirem, 47 ans) et ses frères et soeurs (Hetem, 22 ans, Roki, 19 ans, Mustapha, 16 ans et Sabrina, 9 ans !!!) sont actuellement à la rue depuis début septembre faute d’avoir été régularisés malgré des demandes faites en même temps que le reste de la famille. Cela rend la scolarisation de la jeune Sabrina à l’école des frères Chappe quasi-inexistante.

Nous demandons donc au préfet de la Loire, M. Christian Decharrière, la régularisation de l’ensemble de la famille Bislimi et le respect de la Convention internationale des droits de l’enfants.

Le comité de soutien, le 25 octobre 2008

Vous pouvez télécharger la pétition sur le site du Réseau Education sans Frontières.